Agir pour une agriculture alternative
mouvement interregional des Amap
Accueil » Finances solidaires » Actions et chantiers en cours » Campagne de dons 2011-2014 » Un fonds de solidarité pour l’agriculture paysanne !

Un fonds de solidarité pour l’agriculture paysanne !

En partenariat avec l’Association la Nef, un fonds de solidarité destiné aux agricultures paysanne et biologique a été créé. Ce fonds répond à deux missions. La première consiste à contribuer à la bonification de prêts bancaires contractés à la Nef pour en diminuer le coût. La seconde est de garantir des emprunts paysans.

La campagne de collecte a démarré au début de l’année 2011. Jusqu’ici, 10 000 euros ont été récoltés, ce qui permet de garantir potentiellement près de 70 000 euros d’emprunts auprès de La Nef.

Mission de bonification : faciliter l’accès au crédit

Les prêts bonifiés sont des prêts accordés à un taux inférieur à celui du marché grâce à une aide de l’État. Ces prêts spéciaux sont octroyés par des banques qui ont été sélectionnées par l’État. Lorsque la Nef avait été habilitée à accorder les prêts Jeunes Agriculteurs bonifiés, cela avait été vécu comme un grand espoir.

Mais face aux contraintes logistiques et administratifs exigés par les prêts bonifiés, en 2008, la Nef n’a pas souhaité renouveler la convention. Faisant de plus le constat que ce dispositif d’aide à l’installation favorise une agriculture productiviste, la Nef a alors opté pour une voie alternative et fait le pari de bonifier ses prêts grâce aux dons d’intérêt de ses sociétaires.

Ces dons ont permis de faire une bonification de 2 % sur des prêts agricoles pendant plusieurs années et ainsi permettre de financer des installations sans que l’agriculteur soit désavantagé par rapport au système traditionnel.

Une ligne spécifique est désormais dédiée aux paysans en AMAP. La réduction du taux d’intérêt est rendu possible par un fonds de bonification initiés par le MIRAMAP et l’association la Nef, recueillant les dons des citoyens.
Ce fonds de bonification donnera aux paysans en AMAP la possibilité de s’orienter vers des acteurs bancaires éthiques et responsables.

Mission de garantie : un projet qui prend de l’ampleur

Avec ce fonds de solidarité, notre second objectif est de permettre aux paysans, et tout particulièrement aux candidats à l’installation, d’avoir recours au crédit bancaire sans engager leurs biens personnels, ni leurs proches.

L’installation en agriculture constitue une importante prise de risque financier. Les banques cherchent à minimiser leur engagement – d’autant plus qu’elles doivent éponger leurs pertes liées à l’éclatement de la bulle des subprimes. Présenter des garanties suffisantes est alors une obligation pour accéder au crédit bancaire. De plus, les banques connaissent mal l’agriculture alternative et ont du mal à évaluer la solvabilité des fermes. La majeure partie des risques est alors reportée de manière excessive sur les emprunteurs.

René, maraîcher en AMAP à Ponteilla (Pyrénées-Orientales) témoigne : « Ils voulaient tout hypothéquer, même des terres dont j’étais déjà propriétaire. » Le fonds de garantie mis en place par le MIRAMAP est un moyen de mieux répartir le risque.

Depuis deux ans, notre projet a pris de l’ampleur. Nous travaillons en partenariat avec la Fédération Nationale d’Agriculture Biologique (FNAB) à la mise en place d’un fonds de garantie national dédié aux agricultures alternatives dans le cadre du plan « Ambition bio 2017 » du ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll (cf. article).