Agir pour une agriculture alternative
mouvement interregional des Amap
Accueil » MIRAMAP » Les réseaux adhérents » Réseau des AMAP en Ile de France

AMAP IDF

AMAP IDF est le réseau des AMAP d’Île-de-France. Il a été créé en octobre 2004

Identité

Nom : Réseau des AMAP en Île-de-France (AMAP-IdF)

Région : Île-de-France (IdF)

Adresse : 24 rue Beaubourg 75003 PARIS

Téléphone : 09 52 91 79 95

Courriel : contact@amap-idf.org

Site Internet :http://www.amap-idf.org/

Statut : association loi 1901

Date de création : octobre 2004

Nombre de salariés : 4

  • Développement et suivi des partenariats AMAP & Communication : Anne LEBEC
  • Installation agricole et accompagnement des porteurs de projet : Vony HARRIVEL
  • Installation agricole et accompagnement des citoyens et des collectivités territoriales : Benoît SEBAUT
  • Mise en place de la Démarche Participative de Progrès (DPP) : Isabelle VALETTE

Nombre d’administrateurs : 13

Nombre de groupes de consom’acteurs en AMAP sur le territoire : environ 300

Nombre d’Amapiens : environ 300 000

Nombre de paysans en AMAP sur le territoire : 185

En savoir plus : film sur le réseau des AMAP en Ile-de-France : http://www.amap-idf.org/le-reseau-des-amap-ile-de-france_65.php

Historique

Le premier groupe s’est constitué en octobre 2003 à Pantin en lien avec un maraîcher en installation à Chaussy. Ce groupe AMAP a été rapidement rejoint par la création d’autres groupes : Jardins de Cérès en décembre 2003, Jardins Enchantés en mai 2004. Le Réseau AMAP-IdF a été créé un an plus tard, en octobre 2004, à l’initiative des premières AMAP de la région.
En février 2005, un chargé de mission « Développement des partenariats AMAP » a été embauché pour accompagner les créations d’AMAP sur le territoire. En 2008, l’équipe se renouvelle avec 2 nouveaux chargés de mission. L’un d’entre eux est chargé de mener une étude sur la faisabilité de la mise en place d’une couveuse d’activité agricole qui donne lieu en 2009 à la création de l’association Les Champs des Possibles, qui gère aujourd’hui le dispositif d’espace test agricole en Ile-de-France.

Développement

Entre 2004 et 2010, les groupes AMAP ont connu une forte croissance, passant de 3 à 185 groupes. Aujourd’hui, ce sont une vingtaine de groupes qui se crée chaque année.
Les partenariats AMAP se sont diversifiés au fil des années, permettant de créer des contrats viande, fruits, miel, produits laitiers, plantes aromatiques et médicinales …

Partenariats financiers

Le Réseau AMAP-IdF est soutenu par :

Le conseil régional d’Île-de-France dans le cadre du Plan Bio
Le FRDVA
Le dispositif « Emploi tremplin »
La COP 21

La DRIAAF (direction régionale et interdépartementale de l’alimentation, de l’agriculture et des forêts)
Le FDVA

Les conseils généraux de Seine-et-Marne et de l’Essonne
La Mairie de Paris
L’AESN, l’Agence de l’Eau Seine Normandie

Autres partenariats

Le Réseau AMAP IdF travaille en collaboration avec le Groupement des Agriculteurs Biologiques (GAB) d’Île-de-France, l’association Terre de Liens Ile-de-France et les Champs des possibles au sein du Pôle ABIOSOL. Ensemble, ils accompagnent des projets d’installation agricole.

Mode d’organisation

L’assemblée générale annuelle fonde la légitimité du Réseau. Les groupes d’amapiens et les paysans adhérents constituent ses deux collèges électoraux. Elle veille à la ligne philosophique du mouvement et décide des grandes orientations annuelles.

L’association est administrée par un Collectif composé en 2015 de douze membres (5 amapiens et 7 paysans) et se réunit une fois par mois. Pour gérer les aspects pratiques et le quotidien de l’association, un Comité de gestion, composé des deux co-présidents, du trésorier et du secrétaire, se réunit entre deux réunions du Collectif, voire plus si nécessaire.

L’équipe salariée est quant à elle constituée de 4 personnes.

Sur le territoire, les groupes et les paysans se réunissent entre eux au sein d’inter-AMAP (9 en Ile-de-France).

Spécificités, problématiques

La région Île-de-France a été durement touchée par la disparition des fermes de production vivrière et par la spécialisation en production céréalière, tendance accélérée par l’étalement urbain. Les filières de formation en agriculture biologique font également défaut et la région manque donc cruellement

AMAP-IdF travaille actuellement sur l’adaptation du système de garantie participatif afin de garantir l’éthique des AMAP et accompagner les partenariats dans leur développement.