Agir pour une agriculture alternative
mouvement interregional des Amap
Accueil » Documentation » Agriculture paysanne » La bio, entre business et projet de société

Présentation du livre

La Bio, entre business et projet de société

Sous la direction de Philippe Baqué

Contre-feux /Agone

Sortie le 18 mai 2012 – vente en librairie


Des paysans qui vendent leurs produits bio, avec une réflexion sur un prix juste, sur des marchés de plein vent ou au sein d’Amap. De l’autre côté, une enseigne de la grande distribution qui propose des produits bio importés de l’autre bout du monde, au bilan carbone catastrophique, cultivés par des ouvriers sous-payés et revendus entre cinq et dix fois leurs prix d’achat.

Plutôt qu’une démarche globale, indissociablement écologique, sociale et politique, peut-on réduire la bio à une distribution d’aliments sans pesticides pour consommateurs soucieux de leur santé ? La bio peut-elle se mettre au service du "bien-être" d’une partie de la population sans ébranler les fondements d’une société fondée sur le "mal-avoir" ?

Ce livre collectif est l’aboutissement du travail de journalistes, sociologues, agronomes et paysans.

Certains ont mené des enquêtes de terrain en Amérique, en Afrique et en Europe, d’autres se sont inspirés de leurs propres expériences. Ils nourrissent la critique du « bio-business » mais montrent surtout comment des paysans mettent en pratique les principes fondamentaux de l’agriculture bio et proposent des alternatives à un modèle de société dominant et destructeur.

Auteurs

Philippe Baqué est journaliste indépendant, collaborateur du Monde diplomatique , de Politis , de Silence , de Témoignage Chrétien , auteur du livre Un nouvel or noir , Paris Méditerranée, 1999 et réalisateur de films documentaires : Carnet d’expulsion, de Saint-Bernard à Bamako et Kayes ; Melilla, l’Europe au pied du mur ; L’Eldorado de plastique ; Le Beurre et l’argent du Beurre.

Pierre Besse est ingénieur agronome et maraîcher bio sur une exploitation familiale de la banlieue de Toulouse, membre des associations Areso (éco-constructeur du sud-ouest) et Terr’eau (assainissement écologique). Il participe aux réseaux des Amap aux niveaux régional, national et international. Il écrit des articles pour les revues Nature et Progrès , Ecorev et Silence.

Michel Besson est co-fondateur de la Coopérative Andines et de l’association Minga, qui regroupe des entreprises impliquées dans la recherche d’une économie équitable. Sociologue de formation (chargé de cours à l’université de Lille), il est l’auteur d’ouvrages sur les communautés (co-auteur de Tentatives communautaires , 1976), sur les dangers de l’automatisation et sur la Colombie.

Clémentine Cirillo-Allahsa est journaliste indépendante spécialisée en sciences humaines et patrimoine régional, impliquée à titre professionnel ou personnel dans différentes associations et ONG, dont, entre autres, des ONG sociales et médicales en Inde, Népal et Togo. Ancienne volontaire civile en Palestine, elle est actuellement collaboratrice de Politis .

Patrick Herman est paysan-journaliste, producteur de fruits bio dans le sud Aveyron, actuellement sans certification ni mention. Impliqué dans le mouvement du Larzac et dans la Confédération paysanne, il collabore à Réalité de l’écologie , le Monde diplomatique, Politis, XXI a participé au livre collectif de la Confédération paysanne, Changeons de politique agricole, Mille et une nuits, 2002 et est l’auteur de Les nouveaux esclaves du capitalisme, Au diable Vauvert, 2008.

Hind Aïssaoui Bennani est journaliste indépendante sensibilisée à l’agriculture et à la condition de la femme au Maroc, ancienne animatrice de la Confédération paysanne.

Silvia Pérez-Vitoria est économiste, sociologue, réalisatrice de films documentaires sur les questions agricoles et paysannes dans divers pays. Auteure des livres Les Paysans sont de retour , Actes Sud, 2005 (prix Farmers’friend 2008 et prix Nonino en 2009) et La Riposte des paysans, Actes Sud, 2010.

Laetitia Mailhes est journaliste indépendante, installée en Californie et spécialisée dans l’agriculture durable et l’alimentation. Fondatrice du blog thegreenplate.org, elle collabore à Radio France International, Care 2 et a participé aux ouvrages L’effet Whuffie, Diateino, 2010 et Seule la diversité cultivée peut nourrir le monde , réponses à l’OMC, Minga, 2011.

Sommaire

Introduction : Quel sens donner à la bio ?

1. Colombie : la bio au cœur des conflits

2. La double nature de la bio

3. Élevages de volailles : la bio va-t-elle y laisser des plumes ?

4. La bio et la grande distribution

5. Andalousie : bio et mer de plastique

6. La bio est-elle soluble dans le marché ?

7. Maroc : l’obsession exportatrice

8. Biocoop : le grand écart

9. Une autre distribution pour changer de société

10. Comment le lait bio va-t-il tourner ?

11. Les Amap : miracle ou mirage ?

12. Israël - Palestine : la bio entre champ et bataille

13. Semences : la bio contre la bio diversité ?

14. De la démocratie alimentaire aux États-Unis

15. Bolivie : l’agroécologie d’avant la bio ?

16. L’agroécologie, un outil de transformation sociale

Conclusion : Une autre bio pour un autre monde ?

Vidéos

Abonnez-vous