Agir pour une agriculture alternative
mouvement interregional des Amap
Accueil » Nos chantiers » Projets européens » EATingCRAFT : projet de coopération européenne 2017-2019 » Formation EATingCRAFT : SPG & AMAP, Lyon, du 5 au 9 mars 2018

Formation EATingCRAFT : SPG & AMAP, Lyon, du 5 au 9 mars 2018

traduction française de l’article en anglais ’EATingCRAFT training event : PGS & AMAP, Lyon, March 5-9, 2018’ rédigé par Morgane d’Urgenci le 14 03 2018
traduction : Guillaume Paugam N&P et Magali Jacques Miramap

EduACtion Towards the Creation of Alternative Food NeTworks est un projet pédagogique sur les Systèmes Participatifs de Garantie (SPG) et les Community Supported Agriculture (CSA). Il a pour but de créer des modules de formation sur le SPG et de trouver des manières d’adapter ce processus à différentes initiatives alimentaires.

Du 5 au 9 mars, des salariés et des bénévoles de différentes organisations partenaires (IFOAM International en coordinateur, Urgenci, Nature & Progrès, association pionnière en France, et Miramap, AMPI en République Tchèque, TVE en Hongrie, et AgroEcopolis en Grèce) se sont retrouvés en France, dans le Beaujolais, afin d’apprendre le fonctionnement des SPG, avec Nature & Progrès et les AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne, un CSA français).
Fondé en 1972, Nature & Progrès est le plus vieux SPG au monde et est fréquemment cité en référence et étudié comme modèle de SPG. Sa méthode opérationnelle est basée sur l’horizontalité et la transparence ; la participation est la principale force de cette organisation.

MIRAMAP, le mouvement inter-régional des AMAP, est un animateur d’échanges entre réseaux autour des systèmes hybrides entre SPG et CSA basés sur des processus participatifs, pour aider les paysans et consommateurs à questionner leurs pratiques et identifier les problèmes et défis à relever.

Des bénévoles locaux de Nature & Progrès et des AMAP ont aidé à organiser ce rassemblement sur trois jours, durant lesquels nous avons pu profiter des générosités du Beaujolais et de la convivialité de nos hôtes, dans les champs et dans les fermes, pendant la livraison des paniers de l’AMAP Biosol et bien sûr autour d’une excellente nourriture !

La formation courte avait pour objectif de créer un moment d’échange entre les participants pour améliorer leurs savoirs autour des sujets principaux du projet par l’échange d’expériences. Il avait également pour but de tester les méthodologies qui seront utilisées lors des événements multiplicateurs en Hongrie, République Tchèque et Grèce, qui seront bientôt organisés avec des activistes de la souveraineté alimentaire (de mai à juillet).

L’équipe d’Urgenci était composée de Christophe Nothomb, animateur SPG du réseau GASAP, Gaëlle Bigler du réseau suisse ACP, et Morgane Iserte, qui coordonne notre participation au projet.

EatingCraft Training week, par Christophe Nothomb – GASAP&PGS.

« J’ai été très chanceux de participer à cette rencontre du projet Erasmus + EtatingCraft à Lyon.

Du 5 au 9 mars, nous avons expérimenté et discuté des approches des SPG ( Systèmes Participatifs de Garantie) avec nos collègues de Nature et Progrès France, du Miramap, d’uurgenci, de l’IFOAM, de TVE (Association de consommateurs responsables hongrois), Agroécopolis (réseau de CSA grec) et ProLiga (Association de consommateurs bio tchèque).

Un grand groupe (environ 20 personnes) composés de bénévoles militants, équipe salariés, paysan ; c’est ensemble que nous développons des modules de formation pour animer l’organisation et le lancement de SPG pour des organisations et des réseaux.

2 jours de discussion sur ce qu’est un SPG, pourquoi il peut être une approche interressante pour différents paysans et/ou organisations de consommateurs, comment il s’organise, quel sont les différents étapes pour e construire, et 1 jour de participation à des visites SPG, selon l’approche N&P et selon celle des AMAP.
Superbement organisé par Valérie, Magali, Federica et Geoffroy – et avec des AMAP et des bénévoles de N&P- nous avons visiter 2 maraichers, Fred près d’Arnas et Jean Marie à Saint Martin des Ouillières. Tous deux produisent pour des AMAP et Fred est aussi à Nature et Progrès avec d’autres canaux de commercialisation locaux. Nous avons eu aussi la possibilité de rencontrer les membres de l’AMAP de Fred à différents moments de la semaine.

En dehors des temps de travail, nous avons été accueillis et invités à déguster différents aliments de Nature et Progrès et de l’AMAP, préparés par des bénévoles ou des restaurateurs de N&P. Je suis totalement incapable de dire lequel nous aurait le plus impressionné tellement ils étaient différents et en même temps semblables dans l’attention apportée aux détails et dans la qualité de leurs préparations.

Coté contenu, les visites et les discussions que nous suivi nous ont permis d’intéressantes comparaisons entre les approches, autant en termes de similarités que de différences : l’approche de Nature et Progrès, avec son processus très structuré et visiblement basé sur des années d’expérience et bien réglé, et l’aproche des AMAP, plus centrée sur la relation et la construction de compréhension mutuelle avec plus de libre interaction durant la visite de ferme. Tous deux suivent les 6 principes d’un ‘bon’ SPG, avec la construction d’une vision commune, la participation, la transparence et l’horizontalité dans l’organisation, la construction de la confiance et un processus d’apprentissage – visant une amélioration continue des pratiques avec – et dans le cadre de – une vision des besoins pour redéfinir la relation des gens avec leur nourriture et leur environnement.

La diversité des niveaux de connaissances des participants nous a obligé à être attentifs pour trouver un niveau approprié de détails apportés et être ensemble dans l’action et dans la réflexion ou dans les modalités pédagogiques. La différence de niveau d’anglais comme ‘langage commun’ a été parfois un challenge, comme personne n’était anglais !

Venant du réseau des GASAP, qui est actuellement à un niveau ‘intermédiaire’ par rapport aux SPG (nous posons les fondations de notre propre SPG en Belgique), c’était à la fois un moment d’apprentissage – par rapport aux plus matures et expérimentés SPG de N&P et des AMAP – et un rappel où nous étions 2 ans en arrière, avec toutes les questions et attentes qu’ont les réseaux grec, tchèque et hongrois.

C’était aussi un rappel qu’il y a autant de SPG que de pays, de réseaux et de situations ; autant nous nous sommes inspirés du beau travail de N&P et des AMAP, autant nous avons dû personnaliser pour construire quelque chose qui corresponde à nos besoins et objectifs. Il n’y a pas une recette : s’il faut avancer en prenant en compte toutes étapes pour construire, il est important de partager une vision commune pour définir tout le processus et les possibles conséquences en terme de participation dans un SPG.

En conclusion, ces quelques et intenses journées autour de ce projet EatingCraft furent une sorte de ‘traversée de visite SPG’ : par un processus participatif et structuré, des échanges de pratiques et de réflexion, nous sommes tous ressortis avec des idées et de nouvelles questions pour continuer à améliorer nos propres pratiques.

Merci encore à toutes les personnes qui ont fait de cette formation un succès ! »

crédit photo de la première photo : Federica Varini