Agir pour une agriculture alternative
mouvement interregional des Amap
Accueil » Nos chantiers » Mobilisations amapiennes, actions citoyennes 2015- 2016-2017 ! » Chantier 2016 : pour une démarche collective de mobilisation des AMAP

De cahiers locaux d’expériences en AMAP aux Rencontres Nationales des Agricultures autour des enjeux agri-alimentaires

Comment poursuivre nos travaux de mobilisation en 2016 ? Comment renforcer nos actions ? Comment permettre aux acteurs des AMAP : paysans, amapiens, AMAP, réseaux d’AMAP, mouvement interrégional des AMAP de faire entendre leur voix et être force de propositions ?

En 2015, en écho des mobilisations locales, le Miramap lancait un appel à mobilisation des AMAP pour le Village Mondial des Alternatives et s’associait à de nombreux partenaires pour ’changer l’agriculture, pas le Climat !’. En 2016, le Miramap invite les acteurs des AMAP à poursuivre ce mouvement.

Texte de présentation des intentions du chantier 2016 !

2016 : une invitation à une coordination ‘à géométrie variable’ de nos actions pour porter la voix des AMAP et être force de propositions

Fort de son expérience en matière de développement de démarche participative interrégionale, développée notamment lors du chantier de réécriture de la nouvelle charte des AMAP entre 2012 et 2014, les chantiers communs peuvent et doivent s’appuyer sur des processus participatifs et collectifs. Pour être davantage force de propositions, d’interpellation et de mobilisation à l’échelle interrégionale, nourrissons ces travaux des savoirs et savoir-faire des AMAP.

Le Miramap a obtenu des financements pour soutenir les échanges autour des démarches d’évaluations participatives, les renforcer sur les territoires et inviter celles et ceux qui le souhaitent à expérimenter de nouvelles formes de rencontres sur leurs territoires avec des visées ambitieuses de co-construction de savoirs et de savoir-faire issus de nos pratiqueq.

Ces rencontres locales peuvent avoir plusieurs formes selon les territoires, en s’appuyant sur les expériences de chacun : des forums locaux de l’agriculture et de l’alimentation, des inter-AMAP associant des partenaires, des journées de formation et de travail collectif, etc. Il ne s’agit pas tant de définir sa forme –libre à chacun d’inventer les lieux qui lui semble les plus adaptés, mais d’inviter à s’inscrire dans un processus de co-construction.

Des idées pour organiser des rencontres locales de l’alimentation et de l’agriculture territorialisées

L’organisation des ces rencontres, dans les territoires qui le souhaitent, s’appuiera sur le cadre méthodologique proposé. Elles seront déclinées de manière différente suivant les lieux, organisées par les réseaux territoriaux et suivies par l’équipe d’animation du Miramap.
Ces rencontres seront des espaces de co-apprentissage, de dialogues et de débats invitant les AMAP et leurs partenaires- selon les thématiques et sujets à aborder. Le travail de réflexion et d’échanges autour des évaluations participatives pourrait permettre de définir les sujets à aborder et alimentera la préparation des échanges.

Nous proposons que soient élaboré un document de méthode (kit) en amont et d’expérimenter la rédaction de cahiers locaux d’expériences et de propositions en AMAP.

Alors que le chantier de réécriture de la Charte a permis de faire des remontées en terme de valeurs, de visées, de principes d’action et d’engagement, le mouvement a aujourd’hui besoin d’aller plus loin en recherchant des retours d’expériences concrètes, d’analyse de situation, de difficultés et de belles histoires pour élaborer des enseignements et des propositions consolidées !
Nous pourrions démultiplier des enquêtes et des études spécifiques liées à tel ou tel sujets qui préoccupent les AMAP au quotidien et il en faudra quelques-unes, mais ces outils-là servent à un instant T, sont difficilement partageables et restent trop souvent dans les placards.

Par contre, inviter les AMAP à se rassembler, s’appuyer sur les évaluations participatives qu’ils ont fait pour certains ou les inciter à en faire, pour ensuite discuter de leurs difficultés ou initiatives, les questionner, les analyser, comprendre les mécaniques et les responsabilités individuelles et collectives inhérentes aux AMAP mais aussi externes (voir encadré), en faire ressortir des sujets collectifs et des propositions et les rassembler dans des livrets locaux : cela semble aujourd’hui bien plus fédérateur et mobilisateur qu’une enquête en ligne.

Aller au-delà de son AMAP, analyser les causes et les responsabilités pour construire des propositions de changement

Qu’est ce qui questionne dans mon AMAP ? Les difficultés que l’on rencontre relèvent-t-elles de la seule responsabilité de l’AMAP, du groupe, du paysan, du groupe et du paysan ?
Comprendre les dynamiques et enjeux d’un territoire, analyser les causes d’une situation insatisfaisante, se questionner et questionner aussi les responsabilités externes et indirectes (le rôle des institutions, des politiques publiques, du marché, …), sont des exercices qui demandent du temps, des espaces où croiser les regards et les points de vue. Et difficile de le faire seul et sans outils adaptés…

L’enjeu n’est pas de produire des documents parfaits - mais plutôt des ‘cahiers’, de proposer un processus de travail, un cadre méthodologique, valorisant ainsi les démarches menées dans les territoires, invitant à ouvrir les analyses aux partenaires des AMAP, garder en mémoire, etc.

Le 4 juin 2016 aura lieu la rencontre nationale du mouvement des AMAP dans le Tarn. Cette rencontre pourra être nourrit de ces travaux réalisés sur les territoires.
Les Rencontres Nationales des Agricultures RNDA (oct 2016) auront pour thème ‘l’alimentation’.
Le Miramap peut être porteur de propositions interrégionales concrètes rassemblées dans un ‘cahier du mouvement’ des AMAP.

Retrouvez très bientot toutes les informations sur ce chantier !

Chantier soutenu par la Fondation de France