Agir pour une agriculture alternative
mouvement interregional des Amap
Accueil » Nos chantiers » Projets européens » EATingCRAFT : projet de coopération européenne 2017-2019 » Actualités du projet EatingCraft

L’actualité du projet EatingCraft

24 09 2018 : Depuis la rencontre en France en mars dernier, que s’est-il passé sur le projet Eating Craft ? Où en sommes nous ?

Entre mai et juin, 3 des réseaux partenaires ont organisés différents évènements dans leur pays afin de mettre en mouvement leurs membres sur les questions que l’on porte au sein du projet Eating Craft en écho d’un premier module de formation créé par l’IFOAM et Nature et Progrès : Qu’est ce qu’un SPG ? Comment pensez et construire des alternatives à la certification ? Comment associer producteurs et consommateurs dans une démarche de progrès ? Quel rôle des réseaux dans ces processus d’évolution ?

Retrouvez les retours d’expériences sur la page d’actualité du projet de l’IFOAM

Pendant ce temps l’IFOAM et Nature et Progrès ont travaillé sur un second module ’Démarrer, construire et pérenniser un SPG’.
En parallèle, Urgenci, via leur membre des GASAP et de Suisse et le Miramap, nous avons entrepris un travail de création d’un module de formation intitulé ’Adaptation des SPG au CSA’. Ce module vise à partager de manière synthétique et pédagogique les enseignements que nous retirons des démarches, approches et expérimentations menées de type SPG notamment dans et par des réseaux d’AMAP français et belges des GASAP.
Le travail de capitalisation, d’analyse et d’écriture est en cours.

Quand nous parlons d’adaptation du SPG au CSA (ou AMAP en ce qui nous concerne), nous pointons qu’il s’agit davantage de démarches visant bien souvent l’amélioration continue des pratiques en AMAP et l’expérimentation d’approches participatives inscrites dans l’éducation populaire et la recherche de progrès. Si la certification des pratiques agricoles peut être un objectif pour certains, il est loin d’être le seul. En effet en AMAP, l’expression ’s’évaluer pour évoluer’ peut concerner à la fois les fermes, le groupe de mangeurs et surtout la relation qu’ils tissent. L’enjeu étant d’organiser les conditions de l’apprentissage mutuel et de la recherche commune de réponses à des difficultés ou besoins de chacun ou des défis communs. Là, à l’échelle des différents réseaux d’AMAP en France, les propositions d’accompagnement sont riches et diversifiées !

Rendre compte de cette diversité tout en mettant en évidence les communs dans les projets de chacun et aussi mettre en relief la spécificité des travaux des CSA dans le vaste champ du SPG est loin d’être simple ! Mais notre petite équipe s’y atèle, c’est bien tout l’enjeu de notre participation à ce projet.

Des retours d’expériences collectées ces derniers mois (auprès d’Alliance PEC Isère, de l’Inter-AMAP Pays Basque, du réseau Aura, des GASAP, de CSA suisses ou italiens), viendront aussi illustrer ce module qui prend petit à petit forme et que nos partenaires européens testeront pour confronter théories et pratiques et ainsi les améliorer avant leur diffusion en 2019.

En novembre, lors des rencontres de Thessalonique qu’organise Urgenci, une journée de travail sera consacrée à la coordination de ce projet.
Avec Nature et Progrès, nous démarrerons aussi le travail autour du dernier module ’Visite de ferme’ dans lequel il s’agira d’approfondir les différentes approches et méthodes de visites de ferme participatives selon les objectifs et finalités visées.

A bientôt,
Magali